Groupement National Interprofessionnel|des Semences et plants
0

La reconquête végétale des espaces minéraux

Juin 2020

Prenant conscience des effets pervers de l’imperméabilisation des sols, les villes redécouvrent les vertus de la végétalisation, et ce sur des espaces jusqu’alors totalement minéralisés.

Près de la moitié des surfaces artificialisées entre 2006 et 2014 l’ont été pour de l’habitat, selon les derniers chiffres livrés par l’Inrae1 et l’Ifsttar2 . En Ile-de-France, plus de 21 % des sols sont déjà artificialisés (source : IAU-îdF). Or, en milieu urbain, l’imperméabilisation croissante des sols présente de nombreux effets négatifs : eaux de ruissellement polluées, augmentation des pics de crue, nappes phréatiques appauvries, biodiversité menacée, îlot de chaleur, etc.

Perméabiliser les sols

Des solutions existent pourtant pour combattre ce phénomène, à commencer par la végétalisation des espaces minéralisés en ville (dalles ou pavés perméables, béton ou enrobés drainants, noues de stockage…). « Les parkings, mais aussi les accès de secours, les cours d’écoles, les trottoirs, les esplanades ou les places peuvent être facilement végétalisés et ainsi perméabilisés », relève Olivier Bataille, directeur-fondateur de O2D Environnement, société spécialisée dans la conception de dalles perméables préservant les fonctions naturelles du sol.

Choisir des semences adaptées

Compte tenu des contraintes inhérentes à l’usage des espaces concernés, mais aussi à l’évolution climatique, le choix des semences utilisées pour une telle végétalisation nécessite une attention particulière. « Pour nos dalles enherbées, nous préférons des variétés comme la fétuque élevée ou la fétuque rouge qui offrent une bonne résistance face au stress hydrique et au piétinement », note Olivier Bataille. Dans les régions plus au sud, ce dernier privilégie « les microtrèfles ou les microluzernes, qui ont un système racinaire très puissant et qui fertilisent naturellement ». Le ray-grass est également une variété prisée pour son fort pouvoir couvrant.

1 – Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement
2 – Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux