Groupement National Interprofessionnel|des Semences et plants
0

COVID-19

Face à cette crise sans précédent, l’Interprofession est mobilisée, avec ses fédérations professionnelles, pour échanger régulièrement avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation sur la situation de l’ensemble de la filière. Elle l’est aussi pour accompagner en permanence l’ensemble des acteurs, y compris les utilisateurs de semences et plants, par toutes les actions et informations utiles.

C’est pourquoi vous retrouverez ici les actions de l’interprofession, les mesures prises par les organismes en charge de missions de service public indispensables à votre activité, les mesures de soutien aux entreprises et de protection des hommes, et bien sûr les liens avec les informations et activités de l’ensemble de nos fédérations.

Enfin nous vous rappelons que vous pouvez retrouver en permanence les informations du gouvernement sur le site https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus.


MISE À JOUR : 24/06/2020

Actions de l'interprofession

Auprès des pouvoirs publics

Depuis le début de la crise, le GNIS est en relation directe avec le ministère de l’Agriculture (DGPE), qui lui-même, a été désigné par Bercy comme son interlocuteur pour toutes les questions du secteur agricole et agro-alimentaire. Nous avons fait part des préoccupations et interrogations des membres de la filière en insistant sur l’importance de l’approvisionnement en semences et plants pour assurer les besoins alimentaires des français.

Afin de tenir très régulièrement les pouvoirs publics au courant des difficultés rencontrées par la filière semences et de leurs évolutions pendant cette période de confinement et de lutte contre la pandémie, le GNIS a organisé une remontée d’information hebdomadaire auprès de la DGPE sur la base des informations de terrains dont le GNIS a connaissance ou qui sont remontées dans la semaine par les fédérations professionnelles membres de l’interprofession.

Ce point concerne l’ensemble de l’activité semences et plants ; la production et le contrôle, la distribution ou l’approvisionnement. Chaque fédération est invitée à communiquer au GNIS les difficultés rencontrées dans son secteur d’activité.

Auprès des opérateurs

AUPRÈS DES FÉDÉRATIONS MEMBRES

Le GNIS informe régulièrement les fédérations professionnelles de l’interprofession et leurs membres sur les points d’actualités et se fait le relais des demandes d’informations des pouvoirs publics sur des sujets concernant la production et le contrôle, la distribution et l’approvisionnement et participe à la caractérisation des différents opérateurs du secteurs semences et plants afin qu’ils soient reconnus comme acteurs d’une filière stratégique.

Enquête sur les facteurs impactant l’activité semences des différents membres de l’interprofession 07/05/2020

Organisation de la mission de service public du SOC 19/03/2020

Point de situation Semences et Plants 17/03/2020

Recensement conventions collectives 17/03/2020


AUPRÈS DES EXPORTATEURS

En tant qu’exportateur ou importateur de semences et plants, vous rencontrez des difficultés particulières durant cette période. Le Service des Relations Internationales du GNIS a créé un espace qui vous est réservé, dans lequel vous retrouverez les actualités et mesures de soutien (liens et documentation) pour répondre à l’ensemble de vos questions. Si vous n’avez pas reçu de mail concernant l’accès à cet espace privé, merci de nous adresser une demande à l’adresse suivante : international@gnis.fr.


AUPRÈS DES PRODUCTEURS DE PLANTS DE LÉGUMES

Accompagnement du GNIS 02/04/2020


AUPRÈS DES DISTRIBUTEURS ET PRODUCTEURS DE SEMENCES ET PLANTS POUR JARDINIERS

L’interprofession met à disposition une plateforme d’information et de mise en relation entre les vendeurs/producteurs de semences et plants pour potager et leurs clients particuliers amateurs. Elle a pour vocation de permettre aux jardiniers amateurs d’identifier toutes les ressources existantes et accessibles pour s’approvisionner en semences et plants. Ce n’est donc pas une plateforme de vente mais une plateforme de contact, qui redirigera vers les producteurs et distributeurs qui en assurent actuellement la vente, de quelque façon que ce soit : vente sur des marchés autorisés ou en jardineries autorisées, en e-commerce, via la livraison à domicile, ou le retrait de commande en drive “producteurs”, etc.

Plateforme « Disponibilité semences et plants pour votre jardin »


AUPRÈS DES OPÉRATEURS DE LA CERTIFICATION DES SEMENCES (TECHNICIENS AGRÉÉS ET ANALYSTES)

Chaque année l’ASFIS forme 2.000 personnes de la filière semences et plants au développement de leurs compétences en matière de contrôle pour permettre d’assurer la qualité de la production du matériel végétal mis sur le marché français et les marchés étrangers. Ces formations ont lieu toute l’année aussi bien dans les champs que dans les laboratoires, avec une plus forte activité au printemps, période où les plantes sont en pleine croissance.
Face à la crise sanitaire actuelle et ses mesures de confinement, alors que les stages qualifiants sont planifiés et les cultures sont à maturité, l’ASFIS propose aux entreprises des solutions permettant le maintien de ces formations indispensables avec une alternance de formation en visio et de formation pratique en parcelles. Les entreprises pourront ainsi disposer du personnel formé nécessaire au maintien de leur activité de production de semences certifiées. On trouvera ainsi le programme des formations à venir qui démarre le 12 mai en céréales.

Réorganisation des stages pour 2020 06/05/2020

Sur les réseaux sociaux

Twitter

Facebook

#LeMercrediCestPermis et vivement souhaité de donner un coup de pouce aux professionnels du…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mercredi 27 mai 2020

 

Afin de relancer le marché et chercher à prolonger la saison le plus longtemps possible, les professionnels du végétal,…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Lundi 18 mai 2020

 

" Le #végétal C'est la #vie !!"

Retrouvez quotidiennement dès lundi 18 mai, sur TF1, France 2, France 3, France 5 et…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Vendredi 15 mai 2020

 

Pour assurer la qualité des #semences & #plants mis sur les marchés français et étrangers, la filière #semences et…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mardi 12 mai 2020

 

#semences et #plants pour votre jardin

#LeMercrediCestPermis de découvrir avec #LesVraiesVoies de
Sud Radio que l’on peut économiser 1500 euros en faisant son #potager!

Alors on n’attend plus pour se lancer et on commande ses #semences et #plants pour son #jardin https://semences-plants-pourvotrejardin.gnis.fr

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mercredi 6 mai 2020

 

Toute la filière agricole s’est organisée pour assurer la continuité d’approvisionnement des #semences auprès des agriculteurs français!!
#OnVousNourrit #RestezChezVous

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Jeudi 30 avril 2020

 

Et pour trouver des #semences et des #plants?
Plusieurs initiatives sont mises en place pour mettre en relation les…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mardi 28 avril 2020

 

Avis aux passionné.e.s de #jardin, les #graines et #plants potagers sont de nouveau autorisés à la vente.
Où et comment…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mardi 21 avril 2020

 

Et vous ? Passez-vous plus de temps dans votre #jardin ? Avez-vous commandé des nouvelles plantes ?

Une plateforme pour…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Vendredi 17 avril 2020

 

#Confinement La filière agricole toujours à l’action!
En ce moment, débutent les semis de Maïs, le couteau suisse de l…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Vendredi 17 avril 2020

 

#Témoignage: Un agriculteur multiplicateur de #semences face au #confinement

Jeune agriculteur de 25 ans, Maxime a fait…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mercredi 15 avril 2020

 

#Jardin #Jardinage
Où acheter mes #semences et #plants potagers pendant le #confinement❓

Plateforme de mise en…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Vendredi 10 avril 2020

 

Je recherche des #semences et des #plants pour mon #potager!! Chez qui les acheter ?

Une plateforme internet dédiée aux…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Jeudi 9 avril 2020

 

Avec #CeuxQuiFontLesSemences de #Colza, la mayonnaise prend toujours 😉
#OnVousNourrit
#Confinement #Covid19

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mardi 7 avril 2020

 

Les #semismaïs d’aujourd’hui vous assurent les #oeufs pour vos pâtisseries de demain! De la semence à l’assiette, tous mobilisés!
#OnVousNourrit

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Lundi 6 avril 2020

 

Des frites, des frites, des frites!!
Benjamin gère la maternité de vos futures frites en produisant le #plantcertifié…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Vendredi 3 avril 2020

 

Une excellente nouvelle pour les #jardiniers!
La vente de #semences et de #plants potagers est considérée comme un achat de première nécessité.

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Jeudi 2 avril 2020

 

#COVID2019france L’activité agricole se poursuit !!
Bientôt les #semismaïs pour bien nourrir les animaux.
Vive les #agriculteurs

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Mercredi 1 avril 2020

 

Des #rugbymen viennent en aide à un agriculteur qui ne trouvait pas de main d’œuvre pour épurer son champ de production…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Vendredi 27 mars 2020

 

Soyez rassurés, vos futures #pâtes sont en préparation!
On peut compter sur #ceuxquifontlessemences, #ceuxquiroulent et…

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Lundi 23 mars 2020

 

Tous mobilisés, de la #semence à l’#assiette!
Merci et bravo à tous!!

Publiée par Gnis Semences, Plants et Biodiversité sur Jeudi 19 mars 2020

 

Instagram

Voir cette publication sur Instagram

" Le #végétal C'est la #vie !!" Retrouvez quotidiennement dès lundi 18 mai, sur TF1, France 2, France 3, France 5 et BFM TV, ce spot avec de vrais professionnels passionnés. La période de confinement a été particulièrement éprouvante pour l’ensemble des filières du végétal. Certains ont pu maintenir leurs activités de production, d’autres ont dû s’adapter avec la mise en place de plans de continuité d’activité ou de vente innovants. Malgré les efforts de chacun, l’activité et le contact avec le grand public n’ont pas été au rendez-vous. Afin de renouer avec le grand public, l’ensemble de la filière du végétal, de VAL’HOR et du GNIS, ont souhaité s’unir pour lancer un appel de grande envergure sur des chaînes TV nationales. Cette diffusion met en lumière les femmes et les hommes passionnés représentant les différents métiers de cette filière : horticulteurs, pépiniéristes, semenciers, grossistes, fleuristes, conseillers en jardinerie, jardiniers paysagistes et paysagistes concepteurs https://www.gnis.fr/communique/le-vegetal-c-est-la-vie-une-diffusion-tv-inedite-avec-de-vrais-professionnels-passionnes/

Une publication partagée par Gnis Semences et Plants📸🌱 (@gnis.semencesetplants) le


 

Mesures concernant les missions de service public (analyse, contrôle de la qualité, contrôle phytosanitaire, certification des semences)

Organisation générale des missions de service public indispensables

11/05/2020


Les annonces du Gouvernement sur le plan de déconfinement orientent, à compter du 11 mai 2020, vers une reprise progressive des activités sur site pour permettre la mise en place des mesures de précaution indispensables à la protection de la santé et la sécurité des salariés.

Durant la première étape de déconfinement jusqu’au 2 juin 2020, le SOC reste organisé, comme depuis le début du confinement, pour assurer les missions de service public indispensables. Les activités du SOC nécessitant un déplacement sont réalisées, jusqu’à cette date, dans l’ordre de priorité suivant :

1. Les inspections, contrôles ou prélèvements officiels obligatoires pour mettre sur le marché les lots de semences à destination du marché national ;

2. Les inspections, contrôles ou prélèvements officiels obligatoires pour mettre sur le marché les lots de semences à destination du marché européen ;

3. Les inspections, contrôles ou prélèvements officiels obligatoires pour les formalités administratives destinées à l’exportation ;

4. Les activités d’impression des étiquettes officielles de certification sur les sites concernés.

Par ailleurs, une reprise progressive des activités suspendues depuis le 17 mars 2020 pourra se faire en fonction des organisations mises en place par chaque Délégué régional, dans le respect des mesures indispensables à la protection de la santé des personnes ainsi que des principes d’indépendance et d’impartialité attachés aux missions du SOC.

L’attention des opérateurs reste appelée sur le fait que les décisions seront prises et notifiées prioritairement par voie électronique et que les signatures pourront être apposées par voie numérique.


L’accès aux bureaux du GNIS reste fermé aux personnes extérieures jusqu’au 2 juin 2020. Les activités indispensables de service public sont organisées de façon à mobiliser le moins possible de déplacements d’une même personne sur de longues distances et plusieurs jours de suite.

Depuis le 16 mars, la mobilisation de tous a permis de maintenir l’ensemble des opérations prévues pour la multiplication, la production et la livraison de semences à destination du marché national et européen ainsi que la très large majorité des opérations d’exportation. Même en situation exceptionnelle, les difficultés ponctuelles rencontrées ont pu être levées par des examens de situation au cas par cas.

Soyez assurés que nous continuerons à prendre toutes les décisions pour que le maintien des activités essentielles de contrôle officiel permette d’assurer les approvisionnements en semences de qualité et nécessaires à la sécurité alimentaire.


Retrouvez les détails opérationnels dans les onglets suivants.

En cas de doute sur les modalités d’application, adresser un mail au Délégué régional, qui prendra contact avec le SOC central si nécessaire pour analyser la situation au regard de la continuité de service et de la sécurité des personnes.

SOC | Certification

11/05/2020


Dans les priorités ci-dessus, les prélèvements en vue d’analyses officielles sont limités au strict nécessaire : les prélèvements ne seront réalisés que pour les entreprises ne disposant pas d’un laboratoire réalisant des analyses d’autocontrôle pour la qualité des semences ou des autocontrôles sanitaires.

Concernant les inspections, les inspections des cultures en vue d’établir la qualité des récoltes, sont programmées selon les mêmes principes qu’habituellement. Il a été demandé aux inspecteurs de se rendre en parcelle seuls dans leur voiture et en aucun cas accompagnés d’une personne externe, laquelle prendra elle-même sa voiture. Toutes les nouvelles demandes de faire appel au SOC pour réaliser des inspections en culture (dites « demandes de contrôle direct ») sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Elles ne pourront être prises en compte qu’après un examen attentif du besoin exprimé établissant que l’opérateur ne disposait d’aucune autre possibilité de mise en œuvre.


Toutes les autres opérations de surveillance par le SOC des activités de production nécessitant un déplacement sur place sont annulées : CE, CH, prélèvements en vue des contrôles variétaux.

Les évaluations de surveillance des entreprises (plants de légumes, semences standard et autres) pourront reprendre progressivement, sur décision du Délégué régional concerné, après information du SOC central.

Les activités d’inspection, de contrôle, d’audit et de prélèvement à la demande des entreprises (PQP, ESTA, GSPP, etc.) restent suspendues jusqu’au 2 juin 2020. Toutefois, elles pourront reprendre sur décision du Délégué régional concerné si leur report après cette date présente des conflits d’organisation avec des missions de service public dont la réalisation ne peut pas être adaptée ou reportée.

Les prélèvements et analyses en vue de la délivrance de Bulletins internationaux oranges (BIO) restent fortement réduits. Les opérateurs sont donc invités à reporter au maximum leurs demandes de BIO (prélèvements et analyses) en vue des exportations. En cas de besoin, les opérateurs sont priés de se rapprocher du Délégué régional pour déterminer les modalités éventuelles de mise en œuvre.


Concernant les prestations pour le SOC :

  • Tous les échantillons annulés à compter du 16 mars 2020 inclus qui ont été conservés peuvent être utilisés si cela s’avérait indispensable.
  • Tous les résultats d’analyses disponibles pour les analyses ayant débuté avant le 16 mars 2020 ont fait ou feront l’objet de l’édition d’un bulletin de résultats, même partiel.
  • En accord entre le SOC central, le Délégué régional et le prestataire concernés, des prélèvements pour contrôle variétal et leur envoi à destination des différents prestataires (GEVES, INRAE, Lycée d’Auch, CFR, FNPSMS, ARVALIS-Institut du Végétal) peuvent reprendre.
  • Les prestations d’inspection et de prélèvements en pomme de terre sont suspendues.

Concernant les conditionnements de lots par anticipation, les indications du 7 avril 2020 restent applicables :

Pour des raisons d’optimisation de leur activité, dont le besoin est augmenté actuellement en raison des circonstances sanitaires exceptionnelles, certains opérateurs conditionnent ou reconditionnent des lots de semences qui ne seront commercialisés que lors de la campagne suivante.

Le SOC rappelle que ces activités peuvent être mises en œuvre à condition que les lots ainsi conditionnés ou reconditionnés présentent un échantillonnage et une analyse permettant de garantir leur niveau de qualité à la date de commercialisation.

La qualité du lot est donc garantie par la mention de l’étiquette officielle relative à la date d’échantillonnage.

Pour les lots stockés déjà conditionnés et étiquetés, un nouvel échantillonnage doit être réalisé pour analyser et établir la qualité du lot à la période de commercialisation. L’actualisation de la date d’échantillonnage par sur-étiquetage de ladite date est permis si le bon état du conditionnement, son intégrité ainsi que l’intégrité et la lisibilité de l’étiquette sont assurés.

Afin de maîtriser les risques d’analyse et commercialisation d’un lot avant la nouvelle date d’échantillonnage imprimée, le SOC vérifie que l’entreprise dispose d’une organisation empêchant toute commercialisation d’un lot avant la date de fermeture/échantillonnage figurant sur l’étiquette officielle et est capable de tracer et d’identifier les lots concernés.

Les lots concernés doivent être déclarés à la fois au moment du conditionnement (ou reconditionnement) et au moment de la réalisation de l’analyse de certification (correspondant à la date d’échantillonnage), selon des modalités pratiques à convenir avec la délégation régionale concernée. Comme pour toute opération d’étiquetage des lots différée par rapport au conditionnement, l’échantillon prélevé au moment du conditionnement est conservé pour l’analyse dans les mêmes conditions de stockage que le lot.

Le SOC rappelle par ailleurs à tous les opérateurs que le dispositif d’intégration de la « lettre de campagne » dans l’identification des lots produits est un dispositif de suivi administratif national mis en place pour les besoins internes du SOC. La mention de cette lettre sur les étiquettes n’apporte aucune garantie spécifique quant à la qualité du lot, seule la date d’échantillonnage apporte cette garantie.


SOC | Santé des végétaux

11/05/2020


Les opérations d’évaluations pour la délivrance des passeports au titre du Règlement santé des végétaux par le SOC, nécessitant un déplacement sur place, sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

A compter du 11 mai 2020, les opérations de surveillance à l’exportation (y compris les demandes de contrôle officiel maintenues depuis le 16 mars) pourront reprendre progressivement.

Le SOC assure l’ensemble de ses activités de contrôle officiel à l’appui des démarches d’exportation vers les Pays tiers, ainsi que toutes les activités de veille et surveillance relative aux organismes de quarantaine de l’Union européenne ou aux organismes émergents.

Concernant les exigences relatives à la demande de certificat phytosanitaire auprès des Services régionaux de l’alimentation (DRAAF-SRAL), la Direction générale de l’alimentation a établi une instruction exceptionnelle spécifique pour la recherche du virus ToBRFV.

Plan de continuité des analyses officielles relatives au virus du fruit rugueux de la tomate brune (ToBRFV) sur semences de tomates et piments/poivrons en vue de la certification phytosanitaire export dans le contexte de l’épidémie à virus Covid-19 03/04/2020


Apposition des passeports phytosanitaires en cas de vente à distance :

Les dispositions exceptionnelles mises en place pour déroger aux exigences de passeport pour les ventes à distance vers des amateurs sont alignées avec les décisions de la Direction générale de l’alimentation disponibles sur le site internet du ministère chargé de l’agriculture.

A noter que toute vente à distance vers un opérateur professionnel (professionnel exerçant une activité liée au végétal : agriculteur, arboriculteur, horticulteur, distributeur, jardinerie, fleuriste…) est restée et reste soumise à passeport phytosanitaire.


GEVES-SNES, laboratoires officiels agréés | Analyses

11/05/2020


La majorité des laboratoires officiels a mis en place des mesures de réduction de leurs activités depuis mi-mars. Les informations d’activité sont spécifiques à chaque laboratoire.

Le SOC travaille en coordination étroite avec les laboratoires agréés dans le secteur des semences et plants, et plus particulièrement avec le GEVES (SNES), pour maintenir les activités essentielles aux missions de service public ainsi qu’un maximum de continuité dans les activités économiques des opérateurs de la filière semences et plants.

Les demandes d’intervention pour tous les laboratoires agréés nationaux font l’objet de priorités. Pour cela il est demandé aux acteurs économiques concernés par une demande de prélèvement ou analyse de préciser :

  • la nature de la prestation demandée : espèces, destination, nombre de lots, lieu d’intervention ;
  • des éléments factuels permettant d’assurer que la demande est liée à des obligations officielles et non uniquement commerciales ;
  • la garantie que l’opérateur dispose encore des moyens logistiques pour assurer le transport (y compris dans certains cas que les frontières du pays de destination sont toujours ouvertes).

A l’exception des demandes adressées au laboratoire du GEVES (SNES), de GERM-Services/FNPSMS, du laboratoire du Comité Nord, du laboratoire de Bretagne Plants et du laboratoire du Comité Centre et Sud, si la demande nécessite une intervention du SOC sur place, il pourra être demandé d’établir que le laboratoire prestataire assure toujours l’activité (par exemple : mail d’information du laboratoire sur le plan de maintien de l’activité).


Mesures de soutien aux entreprises

Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Didier Guillaume annonce un soutien exceptionnel de 25 M€ à la filière horticole 08/06/2020


Assouplissement temporaire d’apposition du passeport phytosanitaire pour vente à distance vers des utilisateurs finaux 24/03/2020

« Suite à l’entrée en application le 14/12/2019 du règlement(UE) 2016/2031, le passeport phytosanitaire est exigé pour la vente à distance (vente par correspondance, vente en ligne, etc.) de tout végétal destiné à la plantation, que ce soit vers un opérateur professionnel ou un utilisateur final.

Compte tenu de la situation exceptionnelle liée au COVID-19, afin de pallier en partie la fermeture des magasins de distribution (fleuristes, jardineries) et d’éviter la proximité physique entre vendeurs et acheteurs, la vente à distance vers des utilisateurs finaux (particuliers, amateurs) de végétaux et produits végétaux sans passeport phytosanitaire est exceptionnellement autorisée, sous respect des conditions suivantes :

  • la vente est réalisée à l’intérieur du territoire national ;

  • l’opérateur professionnel s’assure que les végétaux qu’il a reçus de ses fournisseurs avaient un passeport phytosanitaire ;

  • l’opérateur professionnel exerce une surveillance visuelle de ses végétaux et s’assure que les végétaux qu’il vend sont exempts des symptômes de présence d’organismes réglementés. Tout opérateur professionnel est en effet responsable de l’état phytosanitaire de ses marchandises.

  • l’opérateur professionnel conserve une traçabilité amont et aval.

Cette disposition exceptionnelle prendra fin avec la levée des mesures de confinement liées à la crise sanitaire.

A noter : Toute vente à distance vers un opérateur professionnel (professionnel exerçant une activité liée au végétal : agriculteur, arboriculteur, horticulteur, distributeur, jardinerie, fleuriste…) reste soumise à passeport phytosanitaire. »


Ministère de l'économie et des finances

Mesures immédiates de soutien (délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales, prêt garanti par l’État, dispositif de chômage partiel…)

Dispositifs de soutien public à l’assurance-crédit : FAQ Cap, Cap+, Cap Francexport et Cap Francexport+

Le fonds de solidarité, quelles démarches pour quelles entreprises 19/05/2020

Mesures de soutien et contacts utiles pour accompagner les entreprises 02/06/2020

Mesures de soutien spécifiques pour les indépendants et les micro-entrepreneurs 17/04/2020

Décret n° 2020-552 modifiant le décret n° 2020-371 du 30 mars 2020 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation 12/05/2020


Autorisation de la vente de semences et plants potagers dans les magasins qui disposent de rayons d’alimentation animale 02/04/2020

« Le décret du 23 mars 2020 liste les aliments et fournitures pour les animaux de compagnie parmi les activités permettant l’ouverture des commerces. La spécificité de l’alimentation animale rend nécessaire l’ouverture des commerces spécialisés disposant d’un rayon animalerie (jardineries), en raison des possibles difficultés d’accès à ces produits dans certains bassins de vie en dehors de ces commerces spécialisés. Les jardineries dont l’animalerie constitue une activité secondaire sont autorisées à accueillir du public.

L’ouverture de ces commerces ne peut pas être restreinte aux seuls rayons animalerie, en cohérence avec la doctrine appliquée pour l’ensemble des autres commerces. Notamment les rayons de semis et plantes potagères peuvent être laissés ouverts car ils répondent à un besoin essentiel de certaines catégories de population.

Pour mémoire, l’attestation dérogatoire de déplacement autorise les achats de première nécessité, c’est-à-dire les achats réalisés dans les établissements qui ont le droit d’ouvrir. Les forces de sécurité intérieure devront donc veiller à ne pas verbaliser les personnes se rendant dans une jardinerie effectuer leurs achats. »

Source : Cabinet de la Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher


Ministère du travail

Ministère de l'europe et des affaires étrangères

Autorités locales

Infos de la filière et des fédérations membres de l’interprofession

Collège sélection

ACTUALITÉS DU SECTEUR 05/2020

Pas question de stopper l’activité au sein des entreprises de sélection. Les programmes de recherche, avant d’inscrire une variété au Catalogue, sont construits sur cinq ans, dix ans, vingt ans. Tout comme le semis ou la récolte au champ qui ne peuvent être reportés dans le temps, les observations en laboratoire ou dans les parcelles d’essais, ne peuvent être différées.

Ainsi, la plupart des entreprises françaises de création variétale ont déclenché un plan de continuité des activités, tout en préservant la santé de leurs salariés, dans le strict respect des mesures barrières sanitaires. Il est relativement facile de limiter l’accès dans les serres et dans les pépinières. Les notations ou les manipulations peuvent se faire seules. Et l’enregistrement, la transmission des données seront assurés. Seules quelques tâches non indispensables ou ne pouvant être réalisées sans contact physique ont été suspendues. Généralement, le personnel a été réaffecté vers les services prioritaires.

Une étude menée début avril par l’Union française des semenciers (UFS) auprès de ses adhérents confirme le taux de présence très élevé des salariés de la filière pendant la crise. 92% des effectifs des entreprises étaient ainsi en poste, en télétravail ou sur le terrain. De l’avis unanime, la préoccupation majeure a été le respect de la distanciation, partout et toujours, et la disponibilité des équipements de protection individuelle.


INFORMATIONS SPÉCIFIQUES DES FÉDÉRATIONS

UFS | « Les défis des semenciers pour l’après Covid-19 »

UFS | « Les semenciers sur le pont au quotidien »


VU SUR TWITTER

Collège multiplication

ACTUALITÉS DU SECTEUR 05/2020

Les mois de mars-avril-mai sont une période de pleine activité pour la production de semences. Pour les cultures annuelles, les semis devaient être préparés sans délai. Concernant l’approvisionnement des semences-mères ou des plants de base, divers problèmes ont été déplorés, dus aux obstacles rencontrés par les transporteurs. Au niveau local, certains agriculteurs ont eu plus de mal à faire admettre que l’acheminement des semences faisait bien partie des actions prioritaires.

La contrainte majeure a été de gérer l’humain, car les multiplications des semences sont exigeantes en main d’œuvre. Les productions des hybrides impliquent un semis hyper soigné en bandes alternées de lignées mâles stériles et pollinisatrices. Bien sûr, en limitant le nombre de personnel au champ, consigne sanitaire oblige, on allonge les délais. Le plus important a toujours été de garantir la santé et la sécurité des salariés.

Concernant les cultures bisannuelles, en potagères, betteraves, colza…, les mois de mars-avril ont été la pleine période pour les « épurations », qui consistent à éliminer manuellement les plantes hors types, de façon à obtenir la pureté variétale. Et puis, s’ajoutent maintenant les travaux de démariage, et les castrations pour les hybrides… En temps normal, ce travail est souvent confié à du personnel saisonnier, à de la main d’œuvre étrangère, rendue indisponible par la fermeture des frontières jusqu’à tout récemment. Le recrutement, en plein confinement, a été difficile à gérer. Après l’appel à mobilisation du ministre de l’Agriculture, fin mars, et la mise en place d’une plateforme dédiée, certes les volontaires ont été nombreux à se manifester. On a constaté les élans de solidarité et de générosité. Mais au niveau des entreprises, la réduction du personnel et les mesures de distanciation des salariés au sein d’une même équipe ont conduit immanquablement au ralentissement des activités. D’ailleurs, au travers des enquêtes réalisées, cet aspect ressort toujours comme une préoccupation majeure pour les mois à venir.

La disponibilité limitée des personnels pourrait avoir un effet sur l’avancement des activités estivales, qui vont s’intensifier (castration, épurations, récoltes, transport, usinage…).


INFORMATIONS SPÉCIFIQUES DES FÉDÉRATIONS

FNAMS | « Informations COVID-19 – La FNAMS à vos côtés pendant le confinement »


VU SUR TWITTER

Collège production

ACTUALITÉS DU SECTEUR 05/2020

La grande majorité des plans de production n’ont pas été affectés par la situation d’urgence sanitaire dans la durée. Pour la plupart des opérateurs, coopératives, négoces, stations de semences, toutes les installations sont restées opérationnelles durant le confinement, mais au ralenti du fait d’équipes réduites. A la mi-mars, sur le territoire national, la plupart des agriculteurs-multiplicateurs avaient déjà livré leurs récoltes. Mais pour les productions à contre-saison, réalisées à l’autre bout de la planète, au Chili par exemple, des retards dans l’acheminement ont dû être déplorés.

Les mois de mars-avril sont généralement chargés pour les commandes et expéditions. Quand le confinement a été imposé, on était en pleine période de semis. Les sols étaient préparés, le soleil au rendez-vous, impossible de décaler les mises en terre. Les entreprises de production ont dû ainsi revoir en urgence leurs modes de travail, pour être en mesure de gérer les approvisionnements, dans le strict respect des consignes sanitaires : distanciation sociale, gestes barrières, assouplissements d’ordre administratif, certificats électroniques et copies numérisées acceptés.

D’après les enquêtes réalisées, les entreprises reconnaissent un certain ralentissement des activités, associé parfois à une baisse de la productivité usine, due à la réorganisation obligatoire des équipes : une partie en télétravail, une partie sur site, mais sans surcharge et en distanciation. Les gestes barrière imposés ont également freiné les cadences. Evidemment, les impératifs de livraison sont parfois plus difficiles à gérer. Certaines coopératives ont dû également faire face à une pénurie de simples fournitures, comme les sacs et les big bags.

Après un début difficile pour la logistique, le secteur des transports a repris son rythme. Les commandes et livraisons ont pu être honorées sans trop de délai, sauf pour les mouvements transfrontaliers, du fait des contrôles à la douane.

Parmi les autres effets négatifs, les opérateurs interviewés ont signalé les incertitudes sur la situation financière de certains clients, les hésitations des multiplicateurs de semences, à la veille de la campagne hybrides, par peur de ne pas disposer suffisamment de personnel temporaire d’été, les coûts de stockage, en raison des livraisons reportées, les projets de maintenance ou d’investissements retardés ou décalés…

Malgré tout, la qualité des semences ne sera pas remise en cause. Toutes les précautions et directives ont été respectées. Les contrôles du SOC, l’organisme officiel de contrôle et de certification des semences, ont pu être effectués, même si des freins sont apparus en raison de la baisse d’activité des laboratoires d’analyses officielles. Les retours des enquêtes terrain montrent que la majorité des opérateurs disposent de capacité d’autocontrôle pour leurs productions. Ce qui est un facteur rassurant. Les producteurs de semences sont confiants mais, sur la durée, ils manifestent quelques inquiétudes sur la disponibilité future de certains matériels, comme les supports de conditionnement et les masques de protection pour le personnel travaillant au triage et au traitement de semences.


INFORMATIONS SPÉCIFIQUES DES FÉDÉRATIONS

UFS | « Les défis des semenciers pour l’après Covid-19 »

UFS | « Les semenciers sur le pont au quotidien »


VU SUR TWITTER

Collège commerce

ACTUALITÉS DU SECTEUR 05/2020

En distribution agricole, les professionnels ont fait preuve d’une grande réactivité pour répondre aux attentes de leurs clients. La chaîne logistique a été repensée en prenant en compte les consignes sanitaires. Plusieurs coopératives et négoces ont mis en place des mesures d’urgence pour l’accueil sur site : distanciation, mise à disposition de la commande en évitant tout contact, signature électronique… Au niveau du conseil, le télétravail a été généralisé avec succès. Les techniciens et commerciaux sont restés joignables par téléphone, par mail ou par visio-conférence. Autant dire, aucun répit pour eux, car les questions ont fusé de toute part.

En distribution jardin, la situation est très préoccupante pour les producteurs de plants fleuris. Du fait de la fermeture des fleuristes, ainsi que des rayons « fleurs » des jardineries, grandes surfaces de bricolage et marchés ouverts, les ventes de semences, plants et potées fleuris pour les jardiniers amateurs ont été mis à l’arrêt. Des semaines et des mois de travail, en serre ou sous tunnels, pour rien ! Ces horticulteurs vont perdre au moins 70 à 80% du chiffre d’affaires de l’année.

En ce qui concerne les plants potagers, heureusement, dans les derniers jours de mars, il a été déclaré autorisée la commercialisation des « plants potagers à visée alimentaire (légumes, petits fruits, aromatiques) ». Ces ventes ont eu beaucoup de succès, sur les marchés ouverts (ceux qui n’étaient pas fermés !), et surtout dans les rayons de jardineries qui ont été pris d’assaut. Les achats par drive ont aussi explosé.

Parallèlement, le GNIS a ouvert début avril une plateforme de mise en relation des jardiniers avec les distributeurs et producteurs-vendeurs qui se sont organisés pour proposer des semences potagères et des plants potagers. Intitulée « Des semences et des plants pour votre jardin » : https://semences-plants-pourvotrejardin.gnis.fr/.

A l’export, l’activité s’est maintenue sur l’ensemble des continents. Pour rappel, la France exporte 70% de ses semences en Union européenne (Allemagne, Espagne, Italie…). Sur ces destinations, la plupart des commandes pour les semis de printemps (maïs, tournesol, sorgho, betteraves…) avaient pu être livrées avant le début du confinement.

Concernant les expéditions vers les pays-tiers, les livraisons ont connu plus de difficultés. Les raisons sont multiples : le nombre plus restreints de camions en circulation, une faible disponibilité des vols (vers les USA), voir l’arrêt total sur certaines destinations (Inde, Mayotte, Mauritanie…) et le manque de conteneurs maritimes. Les entreprises ont toutes signalé des coûts de livraison exorbitants (doublés, voir triplés dans certains cas), avec répercussion in fine sur le prix du produit fini, ne permettant pas l’expédition de commandes de faible volume. Sur certains pays d’Afrique du Nord (Algérie, Egypte, Mauritanie), du Proche-Orient (Oman, Liban, Arabie Saoudite) , les mouvements risquent de pâtir de la crise du pétrole et des marchés financiers (manque de devises ou dévaluations, délai de paiements).

Malgré tout, les volumes exportés en mars 2020 ont plutôt progressé par rapport à mars 2019, grâce à l’organisation et à la flexibilité des autorités publiques de certains pays, qui ont mis en place des outils facilitant le processus des exportations (dématérialisation de documents, réduction des exigences phytosanitaires au départ…), et ce malgré le nombre restreint de personnel qualifié.


INFORMATIONS SPÉCIFIQUES DES FÉDÉRATIONS

La coopération agricole – Métiers du grain | « FAQ Coronavirus »

La coopération agricole – Métiers du grain | « Moisson 2020 : adoptez les bons gestes ! » 17/06/2020

La coopération agricole – Métiers du grain | « Crise du coronavirus : point sur la filière céréales avec Antoine Hacard » 07/05/2020

FNA | « Baromètre hebdomadaire du négoce agricole pendant la crise du Covid 19 »

FNA | « Réussir les récoltes en toute sécurité » 17/06/2020

FNMJ | « Recommandations de bonnes pratiques sanitaires en jardineries et mesures de protection » 07/04/2020

FNMJ | « Covid-19 : Autorisation d’ouverture complète des jardineries vendant des produits de première nécessité » 06/04/2020

UFS | « Les défis des semenciers pour l’après Covid-19 »

UFS | « Les semenciers sur le pont au quotidien »


VU SUR TWITTER

Collège utilisation

ACTUALITÉS DU SECTEUR 05/2020

« En agriculture, le télétravail ne marche pas, pas plus que le chômage partiel… » Ainsi s’exprimait Christiane Lambert, présidente de la FNSEA en début de crise, pour appeler les salariés mis en inactivité à venir en aide aux agriculteurs, en manque de main d’œuvre. Oui, les agriculteurs ont tous un rôle essentiel à jouer en cette période de crise. Ils sont au champ, en pleine campagne ou confinés dans la cabine du tracteur, toujours au travail. Grâce à eux, il n’y a aucun risque que la crise conduise à la famine !

Dès le 19 mars, une plateforme a été mise en place, en partenariat avec Pôle Emploi et l’Association nationale pour l’emploi et la formation des agriculteurs (Anefa). A la fin du mois d’avril, plus de 300.000 candidats à un emploi saisonnier avaient répondu, pour près de 900 missions déjà proposées. Ces emplois sont cumulables avec le chômage partiel qui touchait plus de 11 millions de salariés depuis le début du confinement. Malgré cette initiative, la pénurie de main d’œuvre demeure.

L’annonce début mai de l’ouverture exceptionnelle des frontières pour les saisonniers agricoles étrangers dans le cadre du déconfinement devrait améliorer la situation.


INFORMATIONS SPÉCIFIQUES DES FÉDÉRATIONS

AGPB | « Infos agriculture #COVID19 actualisées »

AGPB | « A moisson inédite mesures exceptionnelles » 18/06/2020

AGPB | « Réussir les récoltes en toute sécurité » 09/06/2020

AGPB | « Covid-19: deux façons de bénéficier de l’allocation de remplacement de 112 euros (JO) » 07/05/2020

AGPB | « Coronavirus : une gestion de crise délicate » 10/04/2020

CGB | « Quel monde après le Covid pour la filière betterave ? » 28/04/2020

CGB | « Covid-19 : que fait la CGB face à la crise ? » 19/04/2020

UNPT | « Vente directe de pommes de terre, veiller au respect de la réglementation » 19/05/2020

UNPT | Enquête « Crise COVID-19 : volumes de pommes de terre sans débouché »

UNPT | « Production de pommes de terre et crise COVID-19 : fin de campagne 2019 et plantations 2020, vigilance accrue ! » 31/03/2020


VU SUR TWITTER