Groupement National Interprofessionnel|des Semences et plants
0

Le GNIS peut enfin concrétiser sa volonté d’ouverture

04 août 2020

Lors de l’élaboration du plan de filière pour les semences et plants issu des Etats Généraux de l’alimentation il était apparu évident à l’Interprofession des semences et plants, le GNIS, que la réflexion et l’élaboration de ce plan de filière à horizon 2022 devait associer non seulement les 41 fédérations qui composaient alors l’interprofession, mais aussi un certain nombre d’organisations, non membres du GNIS, travaillant également sur les questions de semences et de biodiversité. Ont ainsi été notamment associées des organisations de l’agriculture biologique, des syndicats dits minoritaires, des organisations liées aux semences de ferme, ou d’autres interprofessions.

Le plan de filière lui-même a reflété cette volonté d’écoute et d’ouverture. De nombreuses propositions d’actions ont été décidées pour mieux servir la diversité des agricultures, dont l’agriculture biologique, ou prendre en compte la nécessité d’une plus grande biodiversité. Pour renforcer le dialogue avec la société, le GNIS a pris l’engagement de créer un Comité des Enjeux Sociétaux, indépendant, qui est aujourd’hui en place et fonctionnel. Enfin, il était inscrit la volonté d’ouverture de la gouvernance du GNIS.

C’est pourquoi, dès le mois de mars 2019, le conseil d’administration a décidé de porter auprès du Ministre de l’Agriculture une demande d’évolution de sa composition. Le Président du GNIS, François DESPREZ et le Vice-Président, Pierre PAGES ont donc sollicité l’Etat pour qu’il accepte de modifier le décret de constitution du GNIS pour permettre d’intégrer au Conseil d’Administration plus de représentants des utilisateurs. Le décret vient d’être modifié et ils « se félicitent de pouvoir accueillir, s’ils le souhaitent, dès le prochain conseil d’Administration du 24 septembre, qui est le premier de la nouvelle mandature de trois ans,* trois nouveaux syndicats généralistes représentatifs des agriculteurs à savoir la Confédération Paysanne, la Coordination Rurale, et les Jeunes Agriculteurs. »

A cette même réunion du 24 septembre, le nouveau Conseil d’administration échangera sur le projet stratégique de l’Interprofession à l’horizon 2025 qui a commencé d’être élaboré sous la mandature actuelle. Ce projet permettra, après adoption, de poursuivre et conforter dans les années qui viennent la mission du GNIS, à savoir assurer la disponibilité et la fourniture de semences de qualité en s’adaptant à la diversité des attentes des agriculteurs, des jardiniers, et des consommateurs.

*Le GNIS renouvelle tous les 3 ans l’ensemble de ses représentants dans les Sections et au CA. Il vient de le faire pour la période 2020-2023.

 

Retrouver ce communiqué de presse

 

Le GNIS est l’interprofession des semences et des plants. Elle est constituée de 233 élus, repartis en 5 collèges représentant : les sélectionneurs de variétés, les agriculteurs-multiplicateurs de semences, les producteurs de semences, les distributeurs et les utilisateurs de semences.
Deux grands types de missions découlent du décret qui a créé le GNIS en 1962 :
– des missions interprofessionnelles visant à ce que les agriculteurs et les jardiniers accèdent à une grande diversité de variétés et à des semences de ces variétés en quantité suffisante ;
– une mission de service public permettant d’apporter des garanties de qualité sur les semences et les plants.

Contacts :

Catherine DAGORN
Directrice du GNIS
01 42 33 76 92
catherine.dagorn@gnis.fr

Pauline GRODARD
Pôle médias
01 42 33 77 85
pauline.grodard@gnis.fr