Groupement National Interprofessionnel|des Semences et plants
0

La Betterave Fourragère, sans stress face à la sécheresse ! Plus de 17 tonnes de Matière Sèche par hectare, sans irrigation

12 décembre 2018

Les surfaces de betterave fourragère continuent de progresser en France et à l’étranger confirmant l’intérêt croissant des éleveurs pour ce concentré d’énergie. L’ADBFM* (Association pour le Développement de la Betterave Fourragère Monogerme), comme chaque année, a mis en place un réseau d’essais qui lui permet d’évaluer les variétés de betteraves fourragères. Quatre essais, avec un protocole commun, ont été mis en place dans le Calvados, l’Ille-et-Vilaine, la Seine-Maritime et le Nord. Chaque essai comporte les mêmes variétés et suit un dispositif à 4 répétitions. Un cinquième essai a été mis en place dans le Loiret, dans une zone touchée par la rhizomanie, afin d’évaluer le comportement des variétés de betteraves fourragères tolérantes à cette maladie.

Les conditions de l’année ont été particulièrement difficiles. Du fait des fortes précipitations de ce printemps, les semis ont été effectués avec près de 15 jours de retard par rapports aux années précédentes. Mais c’est finalement une longue période de sécheresse estivale qui caractérisera cette année 2018 avec, pour certaines zones, une sécheresse persistante à l’automne. Ces conditions ont d’ailleurs conduit à ne pas intégrer un de nos essais, trop hétérogène, dans le regroupement. Ce sont donc 3 essais qui composent cette année le regroupement, dont la moyenne de rendements se trouve supérieure à 90 tonnes de racines par hectare. La betterave fourragère prouve, une fois de plus, ses qualités de forte productivité.

Cette année était aussi l’occasion de mettre en évidence les capacités de résilience de la betterave fourragère face aux aléas climatiques. Car malgré la longue période sans précipitation, et sans irrigation, les 20 variétés testées ont permis de produire plus de 17 tonnes de Matière Sèche par hectare soit plus de 19 500 UF/Ha (Pour une valeur de 1.15 UF par kg de matière sèche selon les tables INRA).

Ces résultats s’expliquent par le travail de la sélection qui permet un progrès génétique continu et par le fait que, durant les années de sécheresse, la teneur en matière sèche des betteraves fourragères se concentre. Ainsi les variétés testées cette année présentent, en moyenne, des teneurs en matière sèche supérieures d’1.5 point par rapport à celles de l’année dernière. Ce phénomène permet de préserver le rendement en MS/ha et la qualité de la récolte les années sèches même sans irrigation. Ces teneurs élevées en Matière Sèche doivent être prises en compte pour adapter la distribution aux animaux en notant que certaines variétés présentent cette année des teneurs en MS supérieures à celles du type auquel elles appartiennent et que vous pourrez retrouver dans le tableau et le graphique en pièces jointes.

  • Le type « Moyennement riche en MS » : Ce sont des betteraves polyvalentes pouvant être pâturées (pour les variétés les moins riches du groupe), distribuées entières ou en morceaux aux animaux.
  • Le type « Riche en MS » : Ces betteraves sont plus productives (MS/ha) et se conservent mieux. Il est préférable de ne pas les donner entières aux animaux.
  • Le type « très riche en MS » : Ces nouvelles variétés sont les plus productives en terme de Matière Sèche par hectare. Leur teneur élevée en sucres solubles, dont le saccharose constitue la plus grande part, limite leur utilisation à des rations bien adaptées.

Télécharger le tableau du regroupement des essais betteraves fourragères 2018

Télécharger le graphique des résultats des essais betteraves fourragères 2018

 

De plus en plus de variétés de betteraves fourragères présentent une tolérance à la rhizomanie, maladie pour laquelle la génétique est le seul moyen de lutte. Les observations dans le réseau d’essai, en condition de forte pression, confirment les performances des variétés tolérantes dans les régions touchées par cette maladie. Les variétés tolérantes produisant, en moyenne cette année, deux fois plus de MS/ha que les témoins sensibles.
Vous pourrez retrouver ces informations sur le site www.betterave-fourragere.org. De nombreuses rubriques techniques sont en ligne ainsi qu’une carte collaborative des prestataires de service. Elle recense les entreprises ou CUMA qui proposent des services de prestation de semis, de récolte et de distribution des betteraves fourragères. Si à l’avenir vous souhaitez recevoir ces informations par mail, n’hésitez pas à nous le préciser par retour de mail à info@betterave-fourragere.org

*L’Association pour le Développement de la Betterave Fourragère Monogerme regroupe les établissements semenciers concernés par cette espèce. Elle réalise chaque année ces essais en collaboration avec l’Institut Technique de la Betterave (ITB) et le GNIS.

Télécharger ce communiqué de presse

 

Contact :

ADBFM
7, rue Coq Héron – 75030 Paris cedex 01
Tel. : 02 41 72 18 60 – Fax : 02 41 72 18 69