Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants
0

Recrutement, insertion...Un foisonnement d’initiatives !

Avril 2017

Tourcoing, Bouffemont, Chauconin-Neufmoutiers... Trois communes, trois approches différentes en matière d’emplois et d’entretien des espaces végétalisés. Chaque expérience est spécifique. Toutes conjuguent végétal, environnement, insertion et créativité.

170 000 emplois dans le secteur des espaces verts, cela représente un sérieux vivier d’emplois. La majorité est dédiée aux collectivités et communes. Celles-ci emploient directement la moitié des salariés du secteur des espaces verts. Et si l’autre moitié revient aux entreprises du paysage, beaucoup sont prestataires pour les communes. S’ajoutent les postes dépendant d’une myriade d’associations d’insertion. Sujet d’actualité, la suppression de l’usage des produits phytosanitaires bouscule les pratiques, générant des besoins en main d’oeuvre supplémentaire. Et les formations qui vont avec.

Tourcoing (Nord) : 4 fleurs, 59 jardiniers et 130 hectares d’espaces verts

Gerald Darmanin, maire de Tourcoing

Le 8 mars, Tourcoing recevait le prix national du « Fleurissement des jardins familiaux collectifs ». Si ce prix récompense d’abord l’association qui gère de manière exemplaire 30 hectares de jardins répartis sur toute la ville, il s’inscrit clairement dans une politique municipale volontariste. « Notre ville ambitionne d’avoir des espaces agréables et conviviaux afin d’en faire un lieu de partage et de verdure qui respecte la nature », résume son maire, Gérarld Darmanin. Un principe mis en œuvre au quotidien par 59 jardiniers, répartis en dix équipes,placés sous la responsabilité de Jean-Dominique Delecourt , directeur des parcs, jardins et du développement durable. « Tourcoing est une ville très dense. Nous disposons de 130 hectares de parcs et jardins, très disséminés. Le plus grand parc ne couvre que 13 hectares », pose-t-il d’emblée. La ville accorde une importance particulière à la pédagogie », poursuit-il. « Nous mettons à disposition du public 2000 m2 de serres, qui mobilisent 4 jardiniers à temps plein. Un outil d’éducation vraiment extraordinaire, que tout Tourquennois de moins de 20 ans a déjà dû visiter. »

Un coup de main salutaire des contrats aidés

Jean-Dominique Delecourt, directeur des parcs, jardins et du développement durable de la ville de Tourcoing

Chaque jardinier entretient en moyenne quelque deux hectares d’espaces verts, contre en moyenne nationale 1,75 ha. La gestion différenciée a permis de mieux organiser le travail et quelques chantiers sont réalisés par une association d’insertion. L’apport le plus significatif réside cependant dans onze contrats uniques d’insertion et trois contrats emploi d’avenir. Les contrats uniques d’insertion, de 20 heures hebdomadaires, sont réservés à des chômeurs de longue durée ou à des jeunes sans formation. Les contrats d’avenir, de 35 heures, sont destinés à des jeunes à la recherche d’emploi. Les personnes en insertion sont parfois embauchées. Le recours à l’apprentissage est plus rare, faute d’aides, déplore Jean-Dominique Delecourt. « Travailler à l’extérieur, en bord de chaussée… Les métiers des espaces verts ne sont pas aisés. Pour disposer d’une équipe suffisamment formée tout en répondant à la volonté de la mairie d’aider les Tourquennois à trouver un emploi, les remplacements au sein de l’équipe se font à parité par des jardiniers de métier et par des personnes en insertion », précise le directeur des parcs et jardins. « Nous travaillons aussi avec les lycées horticoles. Et nous recevons de nombreuses candidatures spontanées. Une ville avec 4 fleurs, cela motive ! »

L’apprentissage, une solution durable, mais peu soutenue

« La ville de Tourcoing emploie actuellement deux apprentis au service espaces verts. L’apprentissage est l’une de mes priorités, indique son maire, Gérarld Darmanin. À l’inverse des formations en école, qui restent encore théoriques, il permet un bon équilibre entre la pratique et la connaissance. Au terme de trois années passées dans la commune,les apprentis ont pu évoluer dans les différents secteurs et montrer toutes leurs compétences. » Une formule qui ne demande qu’à se développer,sous réserve d’être mieux aidée financièrement.

Pour les petites communes, l’alliance pertinente de l’environnement et de l’insertion

Michel Bachmann, maire de Chauconin-Neufmoutiers (77)

« Il est possible d’être une petite commune tout en étant pionnière. C’est le cas de Chauconin- Neufmoutiers, 2 200 habitants au nord de la Seine-et-Marne. « Dès 2007, nous avons supprimé l’usage des phytosanitaires. En 2013, nous recevions le trophée Zérophyto, puis Terre Saine, en 2015 », introduit son maire, Michel Bachmann. La démarche, globale, n’est pas sans influence sur les moyens mis en oeuvre. « Davantage de binage, l’acquisition d’une machine spéciale pour le désherbage des caniveaux, et surtout, une équipe qui est passée en dix ans de 3 à 6 personnes au sein du service cadre de vie, notamment dédié aux espaces verts », précise le maire. La commune travaille avec une association d’insertion, Initiatives 77, pour les travaux d’élagage, la plantation des haies champêtres dans les chemins ruraux ou l’entretien des bâtiments. Environnement et insertion se conjuguent bien.

Joëlle Potier, déléguée à l’environnement et au développement durable à Bouffémont (94)

« Nous avons recruté l’un de nos agents titulaires à l’issue d’un chantier d’insertion. Une personne de plus de 50 ans qui a pu ainsi retrouver un emploi. » « Notre service espaces verts compte trois agents. L’arrivée de la réglementation sur le zéro phyto implique plus de travail, et cela se fait un peu dans l’urgence », constate, réaliste, Joëlle Potier, déléguée à l’environnement et au développement durable à Bouffémont. La municipalité a fait le choix de déléguer à une entreprise privées les grandes tontes pour éviter l’achat du matériel indispensable à ces travaux. L’appui d’une association d’insertion pour la réalisation de jardins partagés dans un éco-quartier est envisagé. Un moyen efficace et social de faire face à des travaux ponctuels. »