Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants
0

Les actions de la Section Céréales à paille et protéagineux

Trouver des solutions techniques
pour assurer la production de semences

Afin de répondre aux problématiques techniques rencontrées lors de la production de semences et d’entretenir la haute performance du réseau d’agriculteurs-multiplicateurs de la filière semencière française, la Section Céréales à paille et protéagineux du Gnis finance et suit un programme d’actions de recherche et développement.

Ce programme, réalisé en partenariat avec la FNAMS (Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences), permet d’améliorer les techniques de productions de semences, notamment en termes de prévention ou de lutte contre les principaux ravageurs de la culture, en développant des techniques de luttes alternatives, ou en développant de nouveaux indicateurs de suivi de la qualité des semences. Les résultats de ces actions font chaque année, l’objet d’une large diffusion publique auprès de tous les agriculteurs et producteurs de la filière.

Les actions de promotion de la semence certifiée

La production de semences certifiées de céréales à paille et de protéagineux repose en France sur une filière professionnelle disposant d’un haut niveau de qualité. Par ailleurs, le Gnis a fait le choix clair de soutenir la création variétale. En effet, elle représente un enjeu clé pour la compétitivité de la filière dont le maintien passe nécessairement par la juste rétribution de la recherche variétale.

Aussi afin de soutenir notre filière, promouvoir son excellence, et maintenir la pérennité d’une filière innovante, la Section réalise chaque année des actions de communication et de promotion des semences certifiées, de sa filière (acteurs amont ou aval), ou de ses acteurs (métiers des semences), au travers de brochures, de vidéos, d’articles techniques ou encore d’organisation de rencontre avec différents publics tels que les agriculteurs, les distributeurs, l’enseignement ou bien sur la presse.

L’accord interprofessionnel pour l’utilisation de semences de ferme

En avance sur la réglementation nationale, la filière semencière en céréales a mis en place dès 2001, un accord interprofessionnel légalisant l’utilisation de semences de ferme par les agriculteurs de France. Signé au sein de la Section Céréales à paille et protéagineux du Gnis, l’accord relatif au renforcement de l’obtention variétale dans le domaine du blé tendre, autorise l’utilisation de semences dites de ferme (l’utilisation de la récolte en tant que semences) par les agriculteurs, sous réserve du prélèvement d’un CVO sur la collecte du blé tendre, et conformément à la réglementation européenne CE 2100/94.

Cet accord initialement limité au blé tendre, a été élargi à l’ensemble des céréales à paille dès le 1er juillet 2014 ; blé tendre, blé dur, orge, avoine, seigle, épeautre, triticale et riz.

En juin 2016, cet accord a été reconduit pour la 5ème fois (2003, 2007, 2010, 2013 et 2016), et une fois encore étendu par les pouvoirs publics.

En céréales à paille, une recherche unie vers les variétés de demain

Partie intégrante de l’accord interprofessionnel relatif au renforcement de l’obtention variétale dans le domaine des céréales à paille, la filière a souhaité mettre en place un Fond de Soutien à l’Obtention Végétale (FSOV). Ce fonds, s’appuyant sur une partie des CVO collectés dans le cadre de l’accord, a pour objectif de financer des programmes de recherches pour le développement d’outils facilitant la création de nouvelles variétés de céréales pour une agriculture durable et respectueuse de l’environnement.

Pour ce faire, le FSOV propose des appels à projets tous les 2 ans, sur la base de collaborations entre organismes de recherche publics, instituts techniques et entreprises privés. Les résultats de ces programmes de recherches sur 3 ans sont ensuite publiés et diffusés largement afin de profiter à l’ensemble de notre filière, et tirer vers le haut notre catalogue variétal, pour permettre à chaque agriculteur, quel que soit son terroir, ses conditions pédoclimatiques ou son mode de production, de disposer d’un choix de variétés performantes, adaptées à ses besoins.