Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants
0

Les 3 enjeux majeurs de la filière semences

La filière semencière française s’engage au service de la société et de l’agriculture d’aujourd’hui et de demain.

Assurer la compétitivité des filières agricoles et alimentaire françaises

L’interdépendance entre la filière semencière, l’agriculture et l’industrie alimentaire est très forte. S’engager pour la compétitivité de l’agriculture française suppose, en amont, de s’impliquer en faveur de la filière semencière. La semence est à la source de toute production agro-alimentaire et donc de toute l’économie liée à cette activité.

Renforcer la dynamique de recherche publique et privée

La France bénéficie, pour relever le défi de la performance agro-écologique, d’une relation historique entre la recherche publique et les sélectionneurs privés. Les connaissances générées par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) ou des universités irriguent les programmes des sélectionneurs.

L’impulsion forte des pouvoirs publics doit être maintenue. En effet, les initiatives gouvernementales comme le crédit impôt recherche, les pôles de compétitivité, des programmes en biotechnologies vertes comme Génoplante ou encore les projets financés dans le cadre du plan Ecophyto sont autant d’incitations à mutualiser des connaissances sur des thèmes d’avenir.
 

La semence est à la source de toute production agro-alimentaire
et donc de toute l’économie liée à cette activité.

Elle contribue à la formation des acteurs de terrain dans les pays en développement,
que ce soit dans les domaines du contrôle et de la certification des semences,
ou de la production et des règles à respecter.

Répondre à toutes les agricultures françaises et internationales

Pour permettre aux agriculteurs de l’agriculture biologique de trouver les semences et plants dont ils ont besoin, la filière semences développe depuis des années une offre de plus en plus adaptée de semences et plants, grâce à une écoute constante des besoins des producteurs bio. Ceci se traduit très concrètement par une augmentation rapide des acteurs, des surfaces et des productions de semences et plants, en réponse au développement de ces filières.

À l’international, la filière française met en œuvre des actions de soutien aux organisations professionnelles et de simplification des réglementations. Elle contribue à la formation des acteurs de terrain dans les pays en développement, que ce soit dans les domaines du contrôle et de la certification des semences, ou de la production et des règles à respecter.

La filière s’implique également dans des opérations d’aide alimentaire ou d’aide d’urgence. La philosophie de ces aides est toujours de favoriser au maximum des approvisionnements en variétés et en semences au plus près de la population et d’appuyer la multiplication des semences dans les pays bénéficiaires.