Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants
0

Lin fibre : du textile aux planches à voile, les variétés françaises assurent !

12 janvier 2017

Ces 25 dernières années, les rendements en lin ont gagné 35 kg/ha et par an de fibre longue, soit de l’ordre de 3% par an. Peu de cultures peuvent s’enorgueillir d’une telle performance. Et cela, grâce aux progrès qu’apportent les variétés françaises aux liniculteurs. Le processus d’amélioration se poursuit, vers des variétés de lin fibre répondant toujours mieux aux contraintes de la culture et aux demandes de la société, qu’elles soient de nature environnementale ou technique.

Premier objectif de progrès : la guerre écologique aux maladies

En culture du lin, on ne se souvient plus de la fusariose parce qu’elle a été éliminée voici plusieurs décennies grâce au caractère de résistance introduit dans toutes les variétés. La brûlure quant à elle, qui sévissait dans les bordures côtières, n’est plus une menace depuis qu’il existe des variétés résistantes. L’oïdium est en passe d’être vaincu avec, pour l’instant, une variété naturellement résistante dont les surfaces progressent rapidement. Enfin, la résistance à la verse redevient un critère très important car ce fléau met à mal la qualité des fibres. Heureusement, des variétés actuelles ont un très bon comportement vis-à-vis de la verse.

« La tendance des variétés actuelles est la rusticité, et la sélection s’attache à tous les facteurs qui concourent à se passer de fongicides, précise Jean-Paul Trouvé, Sélectionneur chez Terre de Lin. Ensuite nous sélectionnons sur le rendement en fibre (et non en paille). Nous restons actuellement en phase d’amélioration intensive. Le rendement des variétés en cours d’inscription est impressionnant : on observe jusqu’à 125 % des témoins. Le potentiel semble prometteur pour les années à venir. »

Les variétés de printemps restent loin devant

Des variétés d’hiver sont inscrites au catalogue depuis plus de 10 ans. «Intéressantes pour certains terroirs, Sud Calvados et Sud Eure, elles restent marginales en surfaces, poursuit Jean-Paul Trouvé. Un gros travail de sélection a démarré sur les types hiver. Mais ils sont encore loin d’égaler les types printemps, qui ont 200 ans de sélection d’avance !» Les types hiver, anciens, constituent surtout une réserve de variabilité génétique où puiser des résistances aux maladies.

Les nouveaux débouchés demandent-ils des variétés différentes ?

Excellente alternative aux fibres synthétiques, la fibre de lin offre une palette très vaste d’applications écoresponsables, depuis les isolants et matériaux de construction, jusqu’à des produits de haute technologie tels que les biocomposites où on recherche la résistance des fibres. Le lin est un produit exceptionnel de ce point de vue. Sa résistance moyenne de 45 Giga Pascal est comparable à celle de la fibre de verre. Mais certaines variétés peuvent monter jusqu’à 80 GPa ! Jean-Paul Trouvé temporise : «Il existe certes des différences variétales, mais ce sont les conduites culturales qui donnent à la fibre ses qualités. Néanmoins, on entrevoit la possibilité de créer des variétés pour le marché très spécifique de la fibre à très haute résistance. Nous démarrons un programme dédié avec des partenaires industriels, mais tout reste à faire, à commencer par la caractérisation des matériaux voulus par les industriels ! Elle permettra de déterminer en conséquence les composants physico-chimiques nécessaires dans la fibre.»

La sélection française des variétés de lin fibre a montré son excellence pour répondre aux défis d’une production de qualité, si bien que la France est le premier producteur mondial de fibres de lin. Elle cultive 79 232 ha de lin ; France, Pays bas et Belgique sont les seuls pays européens à en produire sur une surface de 104 000 ha (source : Cipalin, récolte 2016). Les sélectionneurs se préparent aux défis de la production responsable de demain, et seront à même d’accompagner les agriculteurs si les nouveaux débouchés se confirment à terme.

Contacts :

Benoit Laffineur
Responsable communication semences de lin
03 20 61 28 51
benoit.laffineur@gnis.fr

Delphine Guey
Responsable des Affaires publiques et presse
01 42 33 88 27 / 06 08 28 49 12
delphine.guey@gnis.fr